Une histoire, deux supports : de l’émotion

Aujourd’hui, c’est l’ouverture d’une nouvelle catégorie : la culture. Bon, dit comme ça, ça fait très sérieux, mais en fait .. non. Dans cette catégorie, je vous partagerai mes musiques, mes lectures, des films, et pourquoi pas mes voyages. Tous ça dans le but de vous faire découvrir des choses nouvelles, un peu plus cultivant que la mode, la beauté .. enfin, un peu plus cultivant que ces thèmes de nanas. Bref, j’espère sincèrement que cela vous plaira, et on commence tout de suite !

Le titre de l’article d’aujourd’hui ne doit pas vous évoquer grand chose – ou peut-être que si. En fait, pour tout vous expliquer, je me promenais tranquillement sur Facebook, lorsque je suis tombée sur une bande annonce d’un film. Et là, je me suis dit Ohh, il faut vraiment que je vois ce film. Je me suis donc précipitée dans ma barre de recherche Google, et bonheur ! J’ai découvert que le film était tiré d’un livre. Et comme vous connaissez mon amour pour les livres – non, en fait je ne vous en ai jamais parlé -, j’ai accouru à la médiathèque de ma ville pour aller chercher ce fameux livre, Room.

Room

Et là, je me rends compte que ça devient vraiment complexe de vous raconter l’histoire, sans vous la raconter. Vous percevez le truc ? J’adorerais vous raconter ce livre, mais je ne voudrais pas en dire trop. Je vais alors essayer d’en expliquer les grandes lignes.

C’est donc l’histoire d’un petit garçon, Jack, qui vit dans une chambre avec sa mère. Jack n’est pas conscient qu’il y a un dehors, qu’il y a un monde réel au delà de cette chambre. Un monde où les gens vivent, et font ce qu’ils veulent. Un monde où les gens ne sont pas retenus prisonniers. Nous sommes donc plongés, dans la tête d’un petit garçon, et dans son quotidien. Au fil de l’histoire, on voit Jack grandir, et comprendre que la situation dans laquelle il est, est anormale. Alors, que vont-ils faire ? Rester, mourir, sombrer dans la folie, s’échapper ? Je vous laisse lire le livre, ce serait trop en dire, haha !

Pour ma part, j’ai adoré ce livre. Poignant et intense. Une dure réalité que l’on peut facilement imaginer, puisqu’elle est issue d’un fait-divers. La focalisation interne du narrateur qui incarne Jack, est pour moi toute l’excellence du livre. On y retrouve toute l’innocence d’un enfant de 5 ans. Emma Donoghue – l’auteur – est vraiment très forte, car tout a été pensé dans les moindres détails.

Une fois le livre terminé, inutile de vous dire que je me suis empressée de voir le film sorti en 2015, soit 2 ans après le livre. Pour tout vous dire, j’ai été un peu déçue. En effet, et c’était inévitable, je n’ai pas retrouvé ce même petit garçon. Je n’étais plus dans sa petite tête et c’est ce qui m’a un peu manqué. Cependant, j’ai adoré le personnage de Jack, qui jouait merveilleusement bien, et qui était si attachant. Comme dans beaucoup d’adaptations, j’ai été un peu surprise par la rapidité des actions. Mais comme dans beaucoup d’adaptation également, certaines scènes m’ont beaucoup ému, plus que dans le livre. 

Il n’empêche que, le film autant que le livre, sont de véritables chefs-d’œuvres bouleversants. Alors, forcément, je vous conseille, soit de lire le livre, soit de voir le film, soit les deux. J’espère fortement que vous serez beaucoup à vous plonger dans cette histoire, car ça en vaut vraiment la peine.

N’hésitez pas à partager votre avis, j’aimerais beaucoup savoir ce que vous en avez pensé. 

Merci de m’avoir lu. ♥

2 thoughts on “Une histoire, deux supports : de l’émotion

Vos petits mots